La dévotion au Sacré-Coeur de Jésus

Prières - Litanies - Cantiques - Promesses




Cantiques

page 1            page 2


Cantiques pour la Fête du Sacré Cœur de Jésus
Manuel des Maisons d'Education Chrétienne (Abbé Dupanloup, Paris, Poussielgue Rusand, 1843)

Cantique d'ouverture

Perçant les voiles de l'aurore,
Le jour apparaît dans les cieux :
Ainsi, Cœur sacré que j'adore,
Tout rayonnant d'amour, tu viens frapper mes yeux. (bis)

R./    Séraphins, à ce Roi suprême
Souffrez que j'offre vos ardeurs :
Pour aimer Jésus comme il aime,
Faibles mortels, c'est trop peu de nos cœurs. (bis)

Toujours dans cet auguste asile
Jésus va régner en vainqueur ;
Venez, peuple tendre et docile,
Au pied de ses autels rendre hommage à son Cœur.

Ce Cœur généreux, magnanime,
Du ciel irrité contre nous
Voulut devenir la victime,
Et nous mettre à l'abri des traits de son courroux.

Des instruments de son supplice
Il dresse un trophée en ce jour :
Quel noble et touchant artifice
Pour captiver nos cœurs, les gagner sans retour !

Contemplez la croix qui s'élève
Du Cœur entr'ouvert de Jésus :
Le sang de Jésus est la sève
Qui fait croître et fleurir cet arbre des élus.

Que vois-je ? des torrents de flamme
S'élancent du Cœur de mon Dieu !
Amour, oui, c'est toi qui l'enflamme ;
Ah ! partout en ces lieux répands un si beau feu.

Autour de ce Cœur, ô saints Anges !
Tremblants et joyeux à la fois,
Chantez, célébrez ses louanges :
A vos chants s'uniront et nos cœurs et nos voix.

O Cœur, notre unique espérance,
Couronne en ce jour tes bienfaits,
Deviens le salut de la France,
Et force tous les cœurs de t'aimer à jamais.

Retour en haut


Sentiments de reconnaissance à la vue de l'amour du Cœur de Jésus-Christ pour les hommes

Quel signe heureux, quel mystère ineffable
Vient appeler notre amour et nos vœux ?
        Cœur adorable !
        Bonheur des cieux !
C'est lui : je sens, je reconnais ses feux ;
Cédons, mon cœur, à son empire aimable.

Je n'étais pas, (qui pourra le comprendre ?)
Et tu brûlais te t'immoler pour moi.
        O Cœur trop tendre !
        O douce loi !
Et j'aimerais autre chose que toi !
Non, de tes traits je ne puis me défendre.

Disciple heureux que l'Auteur de la vie
Daigna laisser reposer sur son Cœur,
        Ah ! que j'envie
        Votre bonheur !
Mais de l'époux la plus chère faveur
Est-elle faite, ô Dieu ! pour l'ennemie ?

Que dis-je, ô ciel ! et pourquoi cette plainte ?
Il m'est offert ce bonheur tout divin.
        O table sainte !
        O doux festin !
N'y puis-je, ô Dieu, reposer sur ton sein,
De mon amour t'y parler sans contrainte ?

Oui, je le puis : qu'il est doux de le croire !
Mon Dieu n'est là que le Dieu de bonté ;
        Le Roi de gloire,
        De majesté,
S'anéantit pour que ma piété
Rende l'autel le char de sa victoire.

Cœur de Jésus, que ton amour immense
A mon respect ajoute chaque jour !
        Dans le silence
        Du pur amour,
Fais qu'abîmé, qu'embrasé tour à tour,
A tous les cœurs j'atteste ta présence.

Retour en haut


Invocation au sacré Cœur de Jésus (Air : Je vous salue, auguste et sainte Reine)

Cœur de Jésus ! ô divin sanctuaire !
Sacré foyer de l'éternel amour !
Cœur de Jésus ! Je t'offre ma prière,        } bis
Et mon hommage et mes vœux en ce jour.    }

Cœur de Jésus ! que le ciel et la terre
Par leurs concerts célèbrent tes bienfaits !
Cœur de Jésus ! que le monde révère        } bis
Et tes grandeurs et tes divins attraits !    }

Cœur de Jésus que les pécheurs implorent,
Toi seul entends les plaintes du malheur !
Cœur de Jésus que tous les cœurs adorent,    } bis
Toi seul du juste es toujours le bonheur !    }

Cœur de Jésus, des cœurs le plus aimable,
Je veux toujours t'aimer et te bénir !
Cœur de Jésus, seul trésor désirable,        } bis
Oui, pour toi seul je veux vivre et mourir !    }

Cœur de Jésus, garde mon innocence,
Sois ma victoire au milieu des combats !
Cœur de Jésus, mon unique espérance,    } bis
Sois mon secours à l'heure du trépas !    }

Cœur de Jésus, sois toute ma richesse,
Sois tout mon bien, ma vie et mon amour !
Cœur de Jésus, sois toute ma tendresse,    } bis
Sois ma couronne au céleste séjour !        }

Retour en haut


Charmes divins du Cœur sacré de Jésus-Christ

Cœur de Jésus, Cœur à jamais aimable !
Cœur digne d'être à jamais adoré !
Ouvre à mon cœur un accès favorable ;
Bénis ce chant que je t'ai consacré. (bis)

Aide à ma voix à louer ta puissance,
Ta vive ardeur, tes charmes, tes attraits,
Tes saints soupirs, tes transports, ta clémence,
Ton tendre amour, l'excès de tes bienfaits. (bis)

O divin Cœur ! ô source intarissable
De tout vrai bien, de douceur, de bonté,
Tu réunis dans ton centre adorable
Tous les trésors de la Divinité. (bis)

Maître des dons de sa magnificence,
Arbitre seul des célestes faveurs,
Cœur plein d'amour ! tu mets ta complaisance
A les répandre, à les voir dans nos cœurs. (bis)

Quand Jésus suit la brebis infidèle,
Son Cœur conduit et fait hâter ses pas.
Quand il reçoit un fils ingrat, rebelle,
Son Cœur étend et resserre ses bras. (bis)

Quand à ses pieds la femme pénitente
Vient déposer ses pleurs et ses regrets,
Son Cœur en fait une fidèle amante,
Qu'il enrichit de ses plus doux bienfaits. (bis)

C'est dans ce Cœur, de tous les cœurs l'asile,
Que l'âme tiède excite ta langueur,
Que le pécheur a son pardon facile,
Que le fervent enflamme son ardeur. (bis)

Le cœur plongé dans le sein des disgrâces,
Trouve dans lui l'oubli de sa douleur,
Et le cœur faible une source de grâces
Qui le remplit de force et de vigueur. (bis)

Que sur la terre, à jamais d'âge en âge,
Ce Cœur sacré, caché dans nos lieux saints,
Ait et les vœux, et l'amour, et l'hommage,
Et le tribut de l'encens des humains ! (bis)

Que dans les cieux les puissances l'honorent,
Qu'il règne après les siècles éternels,
Que tous les cœurs et l'aiment et l'adorent,
Que tous les cœurs soient pour lui des autels. (bis)

Cœur de Jésus, sois à jamais ma gloire ;
Sois mon amour, mes charmes, ma douceur ;
Sois mon soutien, ma force, ma victoire,
Ma paix, mon bien, ma vie et mon bonheur. (bis)

Sois à jamais toute mon espérance ;
Sois mon secours, mon guide, mon Sauveur ;
Sois mon trésor, ma fin, ma récompense,
Mon seul partage, et le tout de mon cœur. (bis)

Retour en haut


Invocation au sacré Cœur de Jésus

Cœur de Jésus, cœur embrasé d'amour,
De tes transports fais tressaillir mon âme :
Puisse mon cœur d'une si belle flamme
Se consumer et mourir en ce jour.

O Cœur divin, source des vrais plaisirs,
Tant que mon sang coulera dans mes veines,
Ton pur amour embellira mes peines,
Et tes bienfaits charmeront mes loisirs.

Oui, sur mon front une couronne d'or
Me plairait moins que ta douce présence ;
Hôte divin, appui de l'innocence,
Où trouverais-je un plus riche trésor ?

Autour de toi, si les vertus, en pleurs,
Ont si longtemps invoqué ta clémence,
Quel plus beau jour, pour la reconnaissance,
Quand ton amour unira tous les cœurs !

Retour en haut


Invitation à honorer et à aimer le Cœur de Jésus

O Cœur divin, Cœur tout brûlant d'amour,
Embrasez-nous de vos célestes flammes.
Puissent nos chants célébrer, en ce jour,
Le tendre Cœur de l'Epoux de nos âmes !

R./    Venez, enfants, à pleines mains
Jetez les lis de l'innocence,
Et goûtez les plaisirs divins
Qu'ici vous offre sa présence.

Ah ! qu'il est doux le don de votre Cœur !
Des plaisirs purs la source intarissable,
Seul il peut faire ici notre bonheur :
Ah ! qu'il est beau, consolant, adorable !

Heureux celui qui, dans le Cœur divin,
De l'amour puise, à longs traits, les prémices !
Ainsi toujours le brûlant séraphin,
Au sein de Dieu, s'enivre de délices.

O mon Jésus ! ô mon souverain bien !
Tels sont les vœux de mon âme ravie ;
Puisse mon cœur reposer dans le tien !
Puisse mon cœur trouver en toi la vie !

Céleste Epoux, ma vie et mon trésor,
A tes attraits ta grandeur est pareille ;
Tes saintes lois sont plus riches que l'or,
Ton Cœur plus doux que le miel de l'abeille.

Hâte ce jour où, libre de mes fers,
De la colombe osant prendre les ailes,
J'irai, Seigneur, loin de cet univers,
Jouir en paix des douceurs éternelles.

Retour en haut


Sentiments d'amour envers le Cœur de Jésus

Pour me gagner tu m'offres ton amour,
Cœur de Jésus ! tu veux donc que je t'aime !
Ai-je besoin de la loi du retour ?
Quoi ! n'es-tu pas pour moi le bien suprême ?

O Cœur sacré ! daigne agréer le mien ;
Oui, c'est vers toi, vers toi seul qu'il aspire :
En lui tu vois ta conquête et ton bien,
Heureux d'entrer sous ton aimable empire.

N'aimer que toi, c'est mon plus doux plaisir ;
Vivre pour toi, c'est mon unique envie ;
Souffrir pour toi, c'est mon plus vif désir ;
Mourir pour toi, c'est ma plus belle vie.

Divin Jésus ! tu m'offres ton amour ;
Ah ! qu'à l'instant il ravisse mon âme !
Donne-le moi, je t'en prie à mon tour ;
C'est le seul bien dont la beauté m'enflamme.

Détruis le mal que ton œil voit en moi,
L'attrait des sens, les goûts de la nature ;
Anéantis tout ce qui n'est pas toi,
Et mon amour va croître sans mesure.

C'est dans ton Cœur, source de charité,
Que, pour calmer ma soif insatiable,
Je dois un jour, pendant l'éternité,
Boire à longs traits ton amour ineffable.

Retour en haut


Triomphe du Cœur de Jésus

D'un Dieu plongé dans la tristesse,
Mortel, écoute les accents :
Je t'aime, hélas ! et ma tendresse
S'exhale en soupirs impuissants :
Enfant ingrat, cœur inflexible,
Mais toujours si cher à mon Cœur,
Seras-tu toujours insensible
A mon amour, à ma douleur ?
Non, non, consolez-vous, Seigneur,
De votre Cœur blessé la voix attendrissante,
Dans ces jours d'opprobre et d'erreur,
Après tant de combats sort enfin triomphante.

R./    Triomphez donc, Cœur de Jésus !
Mon cœur est enchaîné ; il est votre victoire :
Triomphez donc, Cœur de Jésus !
Vous serez à jamais mon amour et ma gloire.

Il nous invite, il nous appelle,
Nous captive par ses bienfaits :
Ah ! qui de nous encor rebelle
Ferme le cœur à tant d'attraits ?
En vous, Cœur mille fois aimable,
Notre âme a trouvé le repos,
Et le bonheur seul véritable
Dans vos charmes toujours nouveaux.
La paix, au sein de tous les maux,
Du cœur qui vous honore est l'heureux apanage,
Votre amour charme les travaux
Et les tristes ennuis d'un long pèlerinage.

Signe d'amour et d'espérance,
Auguste Cœur percé pour nous !
Enfants du ciel et de la France,
Nous nous rallions tous à vous.
Ah ! puissent nos faibles hommages
Faire oublier nos attentats !
Puissions-nous, après tant d'outrages,
Mourir plutôt que d'être ingrats.
Oui, c'en est fait, jusqu'au trépas,
Cœur sacré, par l'encens d'un faible sacrifice,
Des cœurs qui ne vous aiment pas,
Nous voulons réparer la coupable injustice.

Retour en haut


Cantiques pour le Mois du Sacré-Cœur
Recueil paroissial (Paris, s.d. - début XX°)

Pitié, mon Dieu (160)
Entonné lors du pèlerinage de Paray le 20 juin 1873

R./    Dieu de clémence,
Dieu protecteur !
Sauvez, sauvez la France,    } bis
Au nom du Sacré-Cœur.    }

1.    Pitié, mon Dieu ! c'est pour notre Patrie
Que nous prions au pied de cet autel ;
Les bras liés et la face meurtrie,
Elle a porté ses regards vers le Ciel.

2.    Pitié, mon Dieu ! la Vierge immaculée
N'a pas en vain fait entendre sa voix ;
Sur notre terre ingrate et désolée
Les fleurs du ciel croîtront comme autrefois.

3.    Pitié, mon Dieu ! pour tant d'hommes fragiles
Vous outrageant sans savoir ce qu'ils font :
Faites renaître en traits indélébiles
Le sceau du Christ imprimé sur leur front.

4.    Pitié, mon Dieu ! votre cœur adorable
A nos soupirs ne sera pas fermé ;
Il nous convie au mystère ineffable
Qui ravissait l'Apôtre bien-aimé.

5.    Pitié, mon Dieu ! que la source de vie,
Auprès de nous ne coule pas en vain.
Mais qu'en ces lieux Marguerite-Marie
Nous associe à son tourment divin.

6.    Pitié, mon Dieu ! quant à votre Servante
De votre Cœur vous dévoiliez l'amour,
Vous avez vu la France pénitente
A ce trésor venant puiser un jour.

7.    Pitié, mon Dieu ! trop faibles sont nos âmes
Pour désarmer votre juste courroux :
Embrasez-les de généreuses flammes
Et rendez-les moins indignes de vous.

8.    Pitié, mon Dieu ! si votre main châtie
Un peuple ingrat qui semble la braver
Elle commande à la mort, à la vie :
Par un miracle elle peut nous sauver.

Retour en haut


La Bannière du Sacré-Cœur (167) D'Indy

R./    Cœur de Jésus, toujours sous ta bannière
Nous marcherons fiers, triomphants ;
Rougir de toi, non, non, jamais, bon Père,
Ecoute, écoute nos serments.

Nous le jurons, sous ta sainte bannière
Nous marcherons fiers, triomphants ;
O Cœur Sacré, jusqu'à l'heure dernière,
Veille toujours sur tes enfants.

1.    Jésus a dit : Que mon peuple de France
De l'ennemi s'il veut rester vainqueur,
Et voir sonner l'heure de la délivrance,
Sur son drapeau mette mon Sacré-Cœur.

2.    Sourde à la voix de cet aimable Maître,
La France encor n'avait pas répondu,
Mais aujourd'hui, nous le voyons paraître,
Ce saint drapeau si longtemps attendu.

3.    Dans ses beaux plis il porte la victoire ;
Si nous l'aimons, il peut finir nos maux.
Suivez, Français, il conduit à la gloire,
Il n'est trempé que du sang des héros.

4.    Venez, enfants d'une noble patrie,
Pressons-nous tous autour de ce drapeau,
Et s'il le faut, oui, donnons notre vie
Afin que règne un étendard si beau.

Retour en haut


Cœur de Jésus, doux espoir (162)

R./    Cœur de Jésus, doux espoir de la France,
Entendez-vous jusqu'aux cieux retentir
Son cri d'alarme et son chant d'espérance ?
Voyez son cœur s'ouvrir au repentir.
Pardon, pardon ! Cœur toujours tendre et bon.
Pardon, pardon ! Cœur de Jésus, pardon !

1.    Cœur de Jésus, océan de souffrance,
Foyer brûlant de votre amour pour nous,
Que de douleurs abreuvent en silence
Ce divin Cœur qui s'est livré pour nous !

2.    Cœur de Jésus, les épines cruelles,
La croix, la lance en déchirant vos flancs,
Ouvrent encor des blessures nouvelles
D'où le sang coule et ruisselle à torrents.

3.    Cœur de Jésus, c'est dans votre Eucharistie
Que votre amour se révèle à nos cœurs ;
Pourquoi faut-il qu'ici l'on vous oublie
Et que pour vous l'on ait tant de froideurs ?

4.    Cœur de Jésus, vous êtes notre vie
Et le chemin qui nous ramène au port :
Sans vous, nos pas dans la nuit obscurcie
Nous conduiraient dans l'éternelle mort.

5.    Cœur de Jésus, vous êtes le refuge,
L'asile ouvert à tout homme pécheur :
Mais au grand jour, inexorable Juge,
De votre amour vous serez le vengeur.

6.    Cœur de Jésus, à votre amer calice
Nous avons tous mélangé notre fiel ;
Pour réparer notre longue injustice,
Nous revenons embrasser votre autel.

7.    Cœur de Jésus, formant votre phalange,
Nous vengerons vos droits et votre amour ;
Nous chanterons vos hymnes de louange
Et nous jurons d'être à vous sans retour.

8.    Cœur de Jésus, aimez toujours la France
Et ramenez ses enfants à vos lois ;
Faites briller à ses yeux l'espérance
Et rendez-lui ses vertus d'autrefois.

Retour en haut


Cœur de Jésus, Cœur à jamais aimable (163)
Version "modernisée" de "Charmes divins du Cœur sacré de Jésus-Christ"
Voir le texte original à la rubrique précédente : Cantiques pour la Fête du S.C. de Jésus.

R./    Cœur de Jésus, sois à jamais ma gloire,
Sois mon amour, sois aussi mon Sauveur,
Sois mon soutien, ma force, ma victoire,    } bis
Mon espérance et le tout de mon cœur.    }

1.    Cœur de Jésus, Cœur à jamais aimable,
Cœur digne d'être à jamais adoré,
Ouvre à mon cœur un accès favorable,
Bénis ce chant que je t'ai consacré.

2.    O divin Cœur, ô source intarissable
De tout vrai bien, de douceur, de bonté,
Tu réunis, sanctuaire adorable,
Tous les trésors de la divinité.

3.    C'est dans ce Cœur, de tous les cœurs l'asile,
Que l'âme tiède excite ses langueurs,
Que le pécheur trouve un pardon facile,
Et le fervent, de nouvelles ardeurs.

4.    Cœurs innocents et vous, âmes ferventes,
Vengez, vengez et sa gloire et ses dons :
Rendez pour lui vos flammes plus ardentes,
Vos vœux plus purs, vos respects plus profonds.

5.    Que sur la terre, à jamais d'âge en âge,
Ce Cœur sacré, caché dans nos lieux saints,
Daigne agréer, et l'amour, et l'hommage,
Et le tribut de l'encens des humains.

6.    Que dans les cieux les Puissances l'honorent,
Qu'il règne après les siècles éternels,
Que tous les cœurs le bénissent, l'adorent,
Que tous les cœurs soient pour lui des autels.

Retour en haut


Amour, amour, amour à Jésus (164)

R./    Amour, amour, amour à Jésus !
Amour, amour, amour à Jésus !

1.    L'amour qui m'embrase
Pour vous, mon Sauveur,
De sa vive extase
Enivre mon cœur.

2.    Amour délectable,
Tu fais mon bonheur ;
Combien est aimable
Ta céleste ardeur !

3.    Près du Dieu que j'aime
Redoublent mes feux :
C'est Jésus lui-même,
C'est le Roi des cieux.

4.    La foi qui m'éclaire
Dissipe la nuit
Du profond mystère
Dont l'ombre s'enfuit.

5.    Je sens sa présence,
Jésus est en moi :
Mon âme en silence
S'unit à son Roi.

6.    Chœurs sacrés des anges
Qui formez sa cour,
Offrez mes louanges
A ce Dieu d'amour.

Retour en haut


A Jésus, j'ai voué ma vie (165) d'A. Giély

R./    Abri divin, céleste asile,
Séjour de paix et de bonheur,
Oh ! reste ouvert, je suis fragile,
Oh ! pour jamais garde mon cœur. (ter)

1.    A Jésus, j'ai voué ma vie
Je cède à son appel vainqueur ;
Mon bonheur est digne d'envie :
Je suis l'Enfant du Sacré-Cœur.

2.    Au creux du rocher solitaire,
Le ramier cache sa blancheur ;
J'ai ma retraite sur la terre :
Je suis l'Enfant du Sacré-Cœur.

3.    En vain le monde, en son délire,
M'offrirait son encens trompeur.
J'abjure à jamais son empire :
Je suis l'Enfant du Sacré-Cœur.

4.    Vainement l'enfer dans sa rage
Voudrait me ravir le bonheur,
Je ne perdrai jamais courage :
Je suis l'Enfant du Sacré-Cœur.

5.    Sous l'épine de la souffrance,
Sous le poids si lourd du malheur
Je veux conserver l'espérance :
Je suis l'Enfant du Sacré-Cœur.

6.    Autour de moi si la tempête
Semait le ravage et la peur,
Je ne courberais pas la tête :
Je suis l'Enfant du Sacré-Cœur.

7.    Toujours je veux être fidèle
A sa voix pleine de douceur,
Je dois voler quand il m'appelle :
Je suis l'Enfant du Sacré-Cœur.

Retour en haut


Je suis venu parmi vous (166b)

R./    Cœur de Jésus, doux charme de ma vie,
Je t'aimerai d'un amour éternel ;
Mon cœur brûlant dans son transport s'écrie :    } bis
T'aimer ici, t'aimer un jour au Ciel !            }

1.    Je suis venu parmi vous sur la terre,
Pour allumer le feu du saint amour ;
Et mon désir, ma gloire la plus chère,
Est de voir embraser ce séjour.

2.    Si tu savais, enfant, l'amour immense
Qui de mon Cœur fait un ardent foyer,
Oh ! tu viendrais, plein de reconnaissance
Et plein d'amour, t'y jeter tout entier.

3.    Cœur de Jésus, tu veux donc que je t'aime :
Pour me gagner tu m'offres ton amour ;
Quoi ! n'es-tu pas pour moi le bien suprême,
O divin Roi du céleste séjour !

4.    N'aimer que toi, c'est mon unique envie,
Vivre pour toi, c'est mon plus doux plaisir ;
Mourir pour toi, c'est ma plus belle vie,
Aller à toi, c'est mon plus vif désir.

Retour en haut


Chrétiens qui cherchez un appui (169) de l'Abbé Dufour D'Astafford

R./    Divin Jésus, notre Dieu, notre Père,
Près de ton Cœur ta voix nous appela :
Dans les combats, dans la prière,    } bis
Nous serons là, nous serons là.    }

1.    Chrétiens qui cherchez un appui,
Une lumière, une espérance,
Le salut pour vous, pour la France,
Jésus le veut, courez à Lui.

2.    Pour nous se livrant au bourreau,
Le Cœur ouvert par une lance,
A l'Eglise il donna naissance,
Son Cœur devint notre berceau.

3.    Le sang mêlé d'eau qu'il répand,
Efface l'antique anathème ;
Par l'eau nous naissons au baptême,
Nous ne vivons que par le sang.

4.    Ton appui nous aide à souffrir
Dans ce triste monde où nous sommes ;
Tu nous apprends l'amour des hommes,
Toi qui pour eux daignas mourir.

5.    O Cœur généreux du Sauveur,
Fais jaillir sur notre patrie
Cette eau qui lave et purifie,
Ce sang qui nourrit la ferveur.

Retour en haut


Ne tarde plus (170)

R./    Volons, volons mon âme,
Vers le Cœur de Jésus,
Pour brûler de la flamme
Dont brûlent les élus.

1.    Ne tarde plus, vole, vole, mon âme,
Vers cet asile où t'appelle Jésus ;
Là dans ton sein s'allumera la flamme
Dont brûle au ciel le peuple des élus. (bis)

2.    Qui te retient ? Vois comme dans ce monde
Tout est mensonge, amertume et chagrin ;
Mais dans ce Cœur, où tout bonheur abonde,
Ce n'est que paix, repos, charme divin. (bis)

3.    Là, doucement l'âme passe sa vie,
Et doucement au dernier jour s'endort :
O sort heureux ! ô fin digne d'envie !
Que de bonheur dans une telle mort ! (bis)

4.    Venez, dit-il, venez, âmes souffrances,
Je tarirai la source de vos pleurs ;
Je sais combien vos peines sont cuisantes,
Je changerai tous vos maux en douceurs. (bis)

5.    Qui peut encore résister à vos charmes
Et prolonger le cours de vos douleurs ?
A tant d'amour il faut rendre les armes ;
Soyez enfin le seul Roi de nos cœurs. (bis)

Retour en haut


Perçant les voiles de l'aurore (170) du P. Loriquet

R./    Séraphins, à ce Roi suprême
Souffrez que j'offre vos ardeurs,
Pour aimer Jésus comme il aime,
Faibles mortels, c'est trop peu de nos cœurs.

1.    Perçant les voiles de l'aurore,
Le jour apparaît dans les cieux ;
Ainsi, Cœur sacré que j'adore,
Tout rayonnant d'amour, tu viens frapper mes yeux.

2.    Toujours dans cet heureux asile
Jésus fixa son séjour ;
Venez, peuple tendre et docile,
Venez, donner vos cœurs au Cœur du Dieu d'amour.

3.    Ce Cœur généreux, magnanime,
Du Ciel irrité contre nous
Voulut devenir la Victime,
Et nous mettre à l'abri des traits de son courroux.

4.    Autour de ce Cœur, ô saints anges
Tremblants et joyeux à la fois,
Chantez, célébrez ses louanges,
A vos chants s'uniront et nos cœurs et nos voix.

5.    O Cœur, notre unique espérance,
Couronne en ce jour de bienfaits ;
Deviens le salut de la France,
Et force tous les cœurs à t'aimer à jamais.

Retour en haut


Cœur de Jésus, notre seule espérance (173) de Reynaud

R./    Cœur de Jésus, notre seule espérance,
Tes enfants accourent vers toi,
Nous t'implorons, protège notre France,
Et rends-lui l'ardeur de sa foi. (bis)

1.    Pour punir nos forfaits, la divine justice
Sur nos fronts révoltés appesantit son bras.
De grâce, entends nos cris, à nos yeux sois propice.
Jésus, ferme l'abîme entr'ouvert sous nos pas.

2.    Cœur sacré de Jésus, percé sur le Calvaire,
Dans ta plaie adorée abrite tes enfants :
Sois désormais pour eux le divin sanctuaire
Qui les verra prier, soumis et repentants.

3.    Oui, nous le promettons ; répudiant nos crimes,
Nous voulons réparer nos torts et nos erreurs,
Afin que, sous nos pieds, refermant les abîmes,
De ton Ciel, sur nos fronts, tu rouvres les splendeurs.

4.    Sois pour nous à jamais la suprême espérance,
Tout périt, tu le vois, ô Cœur de mon Jésus ;
Viens, et prends en pitié les enfants de la France,
Et nos cœurs désormais ne te quitteront plus !

Retour en haut


Avant que de ce jour (174) d'A. Giély

R./    Ecoutez bien, Anges du Sanctuaire ;
Soyez témoins de mon serment :
Plutôt mourir, victime volontaire,
Qu'être parjure un seul moment !
Je veux t'aimer, je te le jure,
Cœur de Jésus, reçois ma foi ;
Je veux t'aimer, je te le jure,
Oui, pour jamais je suis à toi.

1.    Avant que de ce jour brille la dernière heure,
O Cœur de mon Jésus, je viens à ton autel.
Oui, tu seras toujours mon repos, ma demeure,
Et je veux te jurer un amour immortel.

2.    Oui, je serai toujours fidèle à ma promesse :
Ni la mort, ni l'enfer ne pourront m'ébranler !
Je le sens, ô mon Dieu, ta charité me presse !
Quand donc jusqu'à ton Cœur pourrai-je m'envoler ?

3.    Que le monde m'appelle à ses fêtes pompeuses ;
Qu'il m'offre ses trésors, son fade et vain bonheur ;
Pour toi, je foule aux pieds ses délices trompeuses,
Et je ne veux plus rien qu'un regard de ton Cœur.

4.    De ce Cœur transpercé je garderai mémoire ;
A son culte béni je me voue en ce jour,
Heureux en expirant de chanter sa victoire,
Et de redire encor mon doux serment d'amour !

Retour en haut


Oui, je l'entends (175) d'A. Giély

R./    O Jésus, tu veux que je t'aime ;
Découvre-moi ton divin Cœur,
Et dans le mien, Beauté suprême,    } bis
Naîtra l'amour et le bonheur.        }

1.    Oui, je l'entends, ta voix m'appelle,
L'aimable voix de tes bienfaits ;
Pourrais-je encore rester rebelle
A sa douceur, à ses attraits ?

2.    Eh quoi ! de ta loi salutaire
L'éclat fatiguerait mes yeux !
Et je chercherais sur la terre
Des biens qu'on ne trouve qu'aux cieux !

3.    Auteur souverain de mon être,
A toi je veux me consacrer ;
Trop tard j'appris à te connaître,
Trop tard j'appris à t'adorer.

4.    Jouet d'une folle sagesse,
Je courais d'erreur en erreur ;
Mais aujourd'hui, de mon ivresse
Ta grâce a dissipé l'horreur.

5.    Ton nom par la reconnaissance
En tout climat sera porté,
Et l'on verra que ta puissance
Le cède encore à ta bonté.

6.    Ah ! quand pourrai-je avec les anges
Débarrassé de mes liens,
Et toujours chantant tes louanges,
Boire à la source des vrais biens ?

Retour en haut


Cœur de Jésus, Sanctuaire ineffable (168b)

R./    Cœur de Jésus, Sanctuaire ineffable,
Divin foyer de l'Eternel amour !
Cœur de Jésus, des cœurs le plus aimable
Embrassez-moi de vos feux en ce jour.

1.    J'entends Jésus nous redire sans cesse,
Tout à la fois suppliant et vainqueur :
Mon Cœur pour vous déborde de tendresse :
Enfants chéris, donnez-moi votre cœur.

2.    Vous le voulez, Seigneur, ce cœur fragile :
Il était pur quand vous l'avez formé ;
Mais il n'est plus qu'une poussière vile,
Et vous daignez pourtant en être aimé !

3.    Pourquoi jeter vos regards sur la terre
Et demander nos cœurs comme un trésor !
N'avez-vous pas le cœur de votre Mère ?
Au ciel ne vous aime-t-il pas encore ?

Retour en haut


France, debout (168a) de Reynaud

R./    France, debout ! c'est Jésus qui t'appelle ;
Cours à son Cœur, c'est le moment du repentir ;
Prions ! c'est l'heure solennelle :
Si nous prions, nous ne saurions périr. (bis)

1.    Les vents sont déchaînés, la mer est en furie.
Paraissez, ô Jésus, sans vous nous périssons :
Des complots de l'Enfer sauvez notre patrie,
Par votre tendre Cœur nous vous en supplions.

2.    O Cœur de mon Jésus, notre ingrate patrie,
Depuis longtemps, hélas ! méconnaît votre voix ;
En ces jours cependant, tremblante elle vous prie,
Et veut redevenir la France d'autrefois.

3.    Plus d'amour dans les cœurs pour nos divins mystères,
Le saint jour du Dimanche est partout profané ;
On rougit, ô douleur ! de la foi de ses pères,
Le Dieu de nos autels se voit abandonné.

4.    O France, écoute donc ; il est un Cœur qui t'aime,
C'est celui de ton Dieu, c'est le Cœur de Jésus ;
C'est le Dieu du pardon : en ton péril extrême,
Reviens de tes erreurs et ne l'offense plus.

Retour en haut


Vous qui pleurez sur la terre (170a) du P. Comire

R./    Vous qui pleurez sur la terre,
De votre douleur amère
Voici le consolateur !
C'est Jésus qui vous appelle,
Seul, il est l'ami fidèle,
Lui seul vous ouvre son Cœur.

1.    Cœur sacré de Jésus, Cœur qui charme les anges ;
Cœur, salut des pécheurs, gloire des bienheureux,
Aux lèvres du mortel qui chante les louanges,
Tu laisses la douceur d'un miel venu des cieux.

2.    Celui qui te connaît vers toi toujours soupire,
Aux plaisirs d'ici-bas il demeure étranger ;
Toi seul fais son bonheur, c'est toi qu'il désire,
Toi seul est son égide à l'heure du danger.

3.    Cœur si fort et si doux, Cœur que mon âme implore,
A mon cœur abattu donne l'aimable espoir,
Mon œil mouillé de pleurs te cherche dès l'aurore,
Ma bouche en t'appelant se referme le soir ;

4.    Sois aimé parmi nous. Oui, sur notre bannière
Nous graverons ce Cœur qui dissipe la nuit ;
Marchant au doux éclat de sa sainte lumière,
Qui pourrait s'égarer, quand ton Cœur le conduit ?

Retour en haut


La Garde d'Honneur (175a & 181)
Ce Cantique a été composé par Marie Deluil-Martiny en 1864.

R./    Que la terre
Toute entière
Forme la Garde d'honneur !
Qu'elle chante
Triomphante :
Gloire, amour au Sacré-Cœur.

1.    Accourez dans l'allégresse,
Fidèles Gardes d'honneur ;
Votre Dieu, plein de tendresse,
Ouvre à tous son divin Cœur.

2.    De sa profonde blessure
S'échappent des flots d'amour ;
Jésus donne sans mesure
Ses trésors en ce beau jour.

3.    O doux Cœur de notre Maître,
Que nos cœurs vivent pour Toi !
Apprends-nous à te connaître !
A jamais sois notre Roi !

4.    Divin Cœur, source de vie
Et trésor de sainteté,
Fais que notre âme ravie
N'aime plus que ta beauté.

5.    Cœur sacré, Temple adorable,
Tabernacle du Seigneur,
Sauve le monde coupable,
Sois l'asile du pécheur.

6.    Désir des saintes collines,
On te méprise ici-bas ;
Par tes tendresses divines
Gagne les hommes ingrats !

7.    Délaissé du sanctuaire,
Qui n'attend que des douleurs,
Ton Cœur, par toute la terre,
Cherche des Consolateurs.

8.    Nous voulons, Gardes fidèles,
Te faire un rempart d'amour
Contre tes enfants rebelles
Qui t'outragent nuit et jour.

9.    Accepte notre humble hommage ;
O Jésus, viens le bénir !
Ton Cœur est notre héritage ;
L'aimer est notre désir !

10.    Cache-nous dans la tempête,
O Cœur, délices du ciel !…
Sous notre aimable retraite,
Notre séjour éternel.

Retour en haut


Le Scapulaire du Sacré-Cœur (172a)

1.    Sous l'abri du scapulaire,
Jésus m'offre dans son Cœur
Une égide tutélaire,
Qui rendra le mien vainqueur.
Déjà, comme une conquête,
L'ennemi me signala ;
Perfide serpent, "Arrête,
Le Cœur de Jésus est là !" (bis)

2.    Dans mon cœur, que ton audace
Croit avoir déjà saisi,
Tu voudrais prendre la place
De ce Roi que j'ai choisi.
Pour assurer ta défaite,
Tu le sais, Dieu s'immola :
Esprit de mensonge, "Arrête,
Le Cœur de Jésus est là !" (bis)

3.    Il est là, quand je sommeille,
Mon céleste et doux gardien :
A ce Cœur, qui toujours veille,
Pourrais-tu ravir le mien ?
Ton souffle est une tempête
Que nul autre n'égala ;
Mon Dieu me défend, "Arrête,
Le Cœur de Jésus est là !" (bis)

4.    Ne crois pas de notre France
Triompher dans le combat ;
Elle amis son espérance
En Celui que rien n'abat.
Jadis une humble houlette
A la lance d'Attila
Servit de barrière, "Arrête,
Le Cœur de Jésus est là !" (bis)

Retour en haut


Jésus, votre douce mémoire (170b)

R./    Cœur de Jésus, Cœur adorable,
Cœur plein d'amour, Cœur humble et doux,
Est-il rien de plus désirable,
Cœur de Jésus, Cœur adorable,
Est-il rien de plus désirable
Que de s'instruire auprès de vous ?

1.    Jésus, votre douce mémoire
Est plus suave que le miel ;
Celui qui sait aimer et croire
Y trouve un avant-goût du ciel.

2.    Quel cœur eut jamais plus de charmes
Pour les pécheurs et les élus ?
Quel cœur a tari plus de larmes
Que l'aimable Cœur de Jésus ?

3.    C'est lui qu'une lance inhumaine
Sur le Calvaire a déchiré,
Lui qui consola Madeleine
Et pleura Lazare expiré.

4.    Espoir des âmes pénitentes,
Quand on l'invoque, oh ! qu'il est doux !
Mais pour les âmes innocentes,
O Cœur de Jésus, qu'êtes-vous ?

5.    Qu'êtes-vous dans l'Eucharistie,
O Cœur de Jésus adoré,
Quand vous tressaillez dans l'Hostie
Sur un cœur d'amour enivré ?

6.    Vous êtes plus qu'on ne peut dire,
Bien plus qu'on ne peut exprimé ;
Et malgré votre doux empire,
Pour y croire, il faut vous aimer.

7.    Faites que j'aime davantage
La douceur et l'humilité ;
Soyez notre seul héritage
Pour le temps et l'éternité.

Retour en haut


Vive le Sacré-Cœur (263)

R./    Tous, avec ardeur,
Répétons en chœur :
Amour à Jésus ! Gloire au divin Cœur !
Vers le ciel marchons à ce cri vainqueur :
Vive à jamais le Sacré-Cœur !

1.    De ta vive flamme,
Cœur, foyer d'amour,
Consume mon âme,
En cet heureux jour !

2.    Jésus, notre juge,
Pardonne au pécheur,
Et pour son refuge,
Offre-lui ton Cœur !

3.    Jésus, en victime,
A voulu mourir ;
Suivons sa maxime :
Aimer et souffrir !

4.    O Jésus, bon Maître,
Toi, le bon Pasteur,
A toi je veux être !
Ouvre-moi ton Cœur.

5.    Donne-moi ce gage
De ton saint amour,
Et sois mon partage
Au divin séjour !

Retour en haut


Gloire, amour au Sacré-Cœur ! (213)

R./    Gloire, amour au Sacré-Cœur !
Bénissons (bis) le doux Sauveur,
Chantons tous avec ardeur :
Gloire, amour au Sacré-Cœur !

1.    O Jésus ! Roi de nos âmes,
Tous joyeux en ce beau jour,
Nous venons, tu le réclames,
Te donner tout notre amour.

2.    Cœur ouvert par une lance,
Notre cœur vole vers toi.
Quel transport ! comme il s'élance
Sur les ailes de la Foi !

3.    Nous plaçons notre demeure
Dans ton Cœur, divin Jésus,
Et jusqu'à la dernière heure
Nous ne le quitterons plus.

4.    Dieu puissant, ta vive flamme
Transforma le cœur des saints,
Fais qu'elle embrase notre âme
De l'ardeur des séraphins.

5.    Unis à notre Saint-Père,
Demandons, pleins de ferveur,
Que la terre toute entière
Se consacre au Divin Cœur !

Retour en haut


O Cœur du plus tendre Maître (80a) d'Herman

1.    O Cœur du plus tendre Maître,
Comment louer tes grandeurs ?
Hélas ! comment reconnaître
Tes innombrables faveurs ?
De ce divin Sanctuaire
Qui nous dira les attraits ?
O Ciel, dévoile à la terre    } bis
Le plus doux de tes secrets.    }

2.    De ce Cœur dans le silence
Ah ! recueillons les leçons…
Que notre extrême indigence
Goûte le prix de ses dons ;
A cette école si chère
Allons puiser les vertus ;
O Ciel, obtiens de la terre
D'imiter le doux Jésus !

3.    Sous ses parvis tout aimables,
Le Dieu Sauveur, chaque jour,
Montre aux justes, aux coupables,
La force de son amour :
Le Cœur de ce tendre Père
N'offre que paix et pardon…
O Ciel, apprend à la terre
A bénir ce Dieu si bon !

4.    Caché dans son sanctuaire,
Il nous redit, le Sauveur,
Cet oracle salutaire :
Soyez humbles, doux de cœur !
Sur l'autel comme au Calvaire
Il ne révèle qu'amour…
O Ciel, viens aider la terre
A le payer de retour !

5.    O Cœur, amour, espérance,
Entends, exauce nos vœux !
Rends à notre chère France
L'humble foi de ses aïeux…
Bannis les haines, la guerre,
Règne sur nous à jamais,
Que le Ciel sur notre terre
Déverse sa douce paix !

Retour en haut


Invocations au Sacré-Cœur (166a)

R./    O Jésus (bis), doux et humble de Cœur.

1.    Rendez mon cœur (bis) semblable au vôtre.
2.    Placez mon cœur (bis) bien près du vôtre.
3.    Prenez mon cœur (bis), qu'il soit bien vôtre.
4.    Brûlez mon cœur (bis) au feu du vôtre.
5.    Changez mon cœur (bis) avec le vôtre.


Cantique de Consécration
Formulaire de prières de l'Association en l'honneur du Sacré Cœur de Jésus et du Saint Cœur de Marie (Lyon - Paris, Périsse Frères, 1852).

Consécration aux Cœurs de Jésus et de Marie (Air : O Fontenai)

Cœur de Jésus, Cœur de notre bon maître,
De votre amour embrasez nos cœurs ;
Apprenez-nous, Seigneur, à bien connaître
De votre joug l'ineffable douceur.

Unissons-nous dans ce lieu de misère,
Pour parvenir au séjour des élus.
Plus de plaisir, d'affection étrangère !
Tout notre amour doit être pour Jésus.

Ah ! loin de nous la coupe empoisonnée,
Le faux brillant des plaisirs défendus !
Pour dissiper cette vaine fumée,
Retirons-nous donc dans le Cœur de Jésus.

Dans cette vie, en ce triste passage,
Nous rencontrons des pièges imprévus :
Pour triompher et conjurer l'orage,
Prenons conseil dans le Cœur de Jésus.

Dans nos ennuis, nos revers, nos souffrances,
Dans nos chagrins, nos peines, nos rebuts,
Pleins de foi, d'amour, de confiance,
Consolons-nous dans le Cœur de Jésus.

Si le démon, dans sa jalouse rage,
Attaque en nous l'empire des vertus,
Pour échapper au plus triste naufrage,
Ah ! jetons-nous dans le Cœur de Jésus.

A votre Fils, Sainte Vierge Marie,
De vos enfants offrez les cœurs émus ;
Que, dès ce jour et pour toute la vie,
Ils soient unis dans le Cœur de Jésus.

A notre mort, ô notre tendre Mère,
Priez pour nous, et nous ne craindrons plus ;
Nous trouverons, malgré notre misère,
Grâce et pardon dans le Cœur de Jésus.



Le Sacré-Coeur de Jésus - Deux mille ans de Miséricorde

Le Sacré-Coeur de Jésus - Deux mille ans de Miséricorde

Le recueil reproduit dans les pages qui suivent a trouvé un éditeur, Téqui, dans sa dernière version imprimée mise à jour en juin 2008. Il est en vente au prix de 40 € (réf.6656) - Frais de port pour la France : 5,50 €.

Je compte sur vous pour faire connaître de la manière la plus large possible la parution de ce livre dédié au Divin Coeur de Jésus.

En vente en ligne sur le site internet des Editions Téqui.