Pour la défense de la Vie




St Jean-Paul II et Benoît XVI
Prière de la future maman
"Dans le sein de la Mère"
Première cause de mortalité en Europe
Compteur...
Liens utiles


Prière de Jean-Paul II


O Marie,
aurore du monde nouveau,
Mère des vivants,
nous te confions la cause de la vie :
regarde, ô Mère, le nombre immense
des enfants que l'on empêche de naître,
des pauvres pour qui la vie est rendue difficile,
des hommes et des femmes
victimes d'une violence inhumaine,
des vieillards et des malades tués
par l'indifférence
ou par une pitié fallacieuse.
Fais que ceux qui croient en ton Fils
sachent annoncer aux hommes de notre temps
avec fermeté et avec amour
l'Évangile de la vie.
Obtiens-leur la grâce de l'accueillir
comme un don toujours nouveau,
la joie de le célébrer avec reconnaissance
dans toute leur existence
et le courage d'en témoigner
avec une ténacité active, afin de construire,
avec tous les hommes de bonne volonté,
la civilisation de la vérité et de l'amour,
à la louange et à la gloire de Dieu
Créateur qui aime la vie.

Jean-Paul II
(Lettre Encyclique Evangelium Vitae)
Donné à Rome, près de Saint-Pierre, le 25 mars 1995, solennité de l'Annonciation du Seigneur, en la dix-septième année de mon pontificat.


... Le Saviez-vous ...?

Jean-Paul II a précisé, à l'occasion des IV° Assises de l'Académie Pontificale pour la Vie le 24 février 1998, que l'âme créée par Dieu imprègne et vivifie le génome humain dès sa constitution après la rencontre des gamètes du père et de la mère.

Doc. Cath. 2179 - 05 avril 1998.


Défendre la Vie = Agir pour la Paix

Dieu veuille qu’étroitement unis entre vous, vous continuiez à être une force de renouveau et d’espérance dans notre société. Que le Seigneur vous aide à œuvrer sans cesse afin que tous, croyants et non-croyants, comprennent que la protection de la vie humaine dès sa conception est une condition nécessaire pour édifier un avenir digne de l’homme.
La vénérable Mère Teresa de Calcutta, que vous considérez comme la Présidente spirituelle des Mouvements pour la Vie dans le monde, en recevant le Prix Nobel pour la Paix, eut le courage d’affirmer face aux responsables des Communautés politiques : « Si nous acceptons qu’une mère puisse supprimer le fruit de son sein, que nous reste-t-il ? L’avortement est le principe qui met en danger la paix dans le monde. »
C’est vrai ! Il ne peut y avoir de paix authentique sans respect pour la vie, en particulier si elle est innocente comme l'est celle des enfants non encore nés. Une cohérence élémentaire exige que celui qui cherche la paix défende la vie. Aucune action pour la paix ne peut être efficace si l'on ne s'oppose pas avec la même force aux atteintes contre la vie à chacune de ses étapes, de sa conception à son déclin naturel. […]
Des dangers répétés menacent la vie naissante. Le désir louable d'avoir un enfant pousse parfois à dépasser des frontières infranchissables. Les embryons produits en surnombre, sélectionnés, congelés, sont soumis à des expérimentations destructrices et destinés à la mort en vertu d'une décision préméditée. […]
Très chers frères et sœurs, ne vous découragez pas et ne vous lassez pas de proclamer et de témoigner de l'Evangile de la Vie ; soyez aux côtés des familles et des mères en difficulté. En particulier à vous, mères, je renouvelle l'invitation à défendre l'alliance entre la femme et la vie, et à « promouvoir un "nouveau féminisme" qui, sans succomber à la tentation de suivre les modèles masculins, sache reconnaître et exprimer le vrai génie féminin dans toutes les manifestations de la vie en société, travaillant à dépasser toute forme de discrimination, de violence et d'exploitation » (Evangelium vitae, n. 99).
Dieu ne vous fera pas manquer de l'assistance nécessaire pour mener à bien vos multiples activités, si vous avez recours à Lui à travers une prière intense et incessante.

Jean-Paul II
extraits du discours adressé au Mouvement pour la Vie italien
22 mai 2003.


Retour en haut




« Le droit humain fondamental, le présupposé pour tous les autres droits, est le droit à la vie elle-même. Ceci vaut pour la vie, de la conception à sa fin naturelle. En conséquence, l’avortement ne peut être un droit humain – il est son contraire. »
C’est une ‘profonde blessure sociale’. En disant cela je n’exprime pas un intérêt spécifiquement ecclésial. Je me fais plutôt l’avocat d’une demande profondément humaine et je me sens le porte-parole des enfants qui vont naître et qui n’ont pas de voix.
Je ne ferme pas les yeux devant les problèmes et les conflits de nombreuses femmes et je me rends compte que la crédibilité de notre discours dépend aussi de ce que l’Église elle-même fait pour venir en aide aux femmes concernées.
J’en appelle par conséquent aux responsables de la politique, afin qu’ils ne permettent pas que les enfants soient considérés comme des cas de maladie ni que la qualification d’injustice attribuée par votre système juridique à l’avortement soit de fait abolie. Je le dis par souci profond des valeurs humaines. »

Benoît XVI
extraits du discours aux représentants politiques autrichiens et aux membres du Corps diplomatique en poste à Vienne
07 septembre 2007.


Retour en haut





Prière de la future maman


Père qui es dans les cieux,
Voici que je porte en mon sein
un tout petit enfant, faible et vulnérable,
qui déjà transforme tout mon corps
et tout mon coeur.
Merci de me l’avoir confié.

Merci de me donner de l’accueillir
comme Marie a accueilli Jésus
au jour de l’Annonciation.
Merci de me donner de l’accueillir
comme ma mère m’a accueillie
quand elle a reconnu ma présence
au plus intime d’elle-même.

Père qui nous aimes,
Je suis émerveillée face à cette vie
si secrète et si palpitante,
si fragile et si pleine de promesses.
Merci de m’avoir donné les yeux du coeur,
qui me permettent de déjà voir cet enfant,
alors qu’il est encore invisible.

Père plein de tendresse,
aide-moi à faire chaque jour ce que je peux faire
pour que ce petit enfant soit heureux.
Je te demande, Père de toute grâce,
de pouvoir transmettre à cet enfant,
toute la foi, toute l’espérance, tout l’amour
que je porte dans mon coeur.

Enfin, avec mon enfant, qui est d’abord le tien,
je te prie, Père, de nous garder sous ta protection,
maintenant et pour toujours.
Amen.

P. Michel Schooyans
http://perso.infonie.fr/le.feu/ms/divfr/prfm.html


Retour en haut





Dans le sein de la Mère


Deux jumeaux discutent dans le ventre de leur mère :
- Oh... comme c'est étroit ici ! Je n'arrive plus à bouger... Tu es devenu trop grand
- Mais non, c'est toi qui as trop grandi ! Moi je suis plutôt mince !
- Arrête de te moquer de moi ! Cela ne mène à rien ! Tout de même, tu as bien une idée de ce à quoi ça va aboutir ?
- Je n'en sais rien moi !
- Tu ne crois donc pas qu'il y a une vie après la naissance ?
- Une vie après la naissance ? Tu y crois, toi ?
- Mais bien sûr que oui ! C'est bien le but de notre vie ici. Il faut grandir et se préparer pour qu'on devienne assez fort pour l'accouchement et pour la vie après la naissance.
- Tu es fou ? C'est complètement absurde ça, une vie après la naissance. Et ça se passerait comment là-bas ?
- Je ne sais pas trop moi. Mais de toute façon plus lumineux qu'ici. Et peut-être que nous allons être capable de marcher et de manger par la bouche, et tout le reste.
- Ouah... quelle bêtise ! Marcher, ça ne marche pas du tout ! Et manger avec la bouche, bizarre, comme idée ! Nous avons le cordon ombilical qui nous nourrit. Déjà ce cordon est trop court pour se promener avec !
- Mais si ! Bien sûr que si c'est possible ! Evidemment il y a aura des différences.
- Mais personne n'est revenu de là-bas ! Personne ! Tu as bien compris ça ? Donc avec la naissance la vie se termine. D'ailleurs je trouve cette vie assez douloureuse et assez sombre.
- Même si je ne sais pas trop comment cela se passera après la naissance, de toute manière on va finalement voir notre mère !
- Notre mère ? Tu y crois toi ? Elle où notre mère ?
- Ben ici. Partout, autour de nous ! Sans elle on ne pourrait même pas vivre !
- Bah ! Je n'ai jamais rien remarqué d'une mère, donc elle n'existe pas non plus !
- Mais si. De temps en temps quand nous sommes bien tranquilles j’entendais comme une voix qui était inaccessible, mais en même temps très proche de nous. Je pense qu’on la verra un jour. Comme il me tarde de la voir et de la connaître !

Source : Une minute avec Marie


Retour en haut





L’avortement est « la première cause de mortalité en Europe »

L’Institut de Politique Familiale (IPF) vient de publier son rapport 2008 sur "L’évolution de la famille en Europe".

En 2007, l’Union européenne a recensé 5,2 millions de naissances, soit presque 1 million de moins qu’en 1982. Le taux de fécondité en Europe est de 1,56 enfant/femme. Rappelons que le seuil de renouvellement des générations est de 2,1 enfant/femme. Par ailleurs, l’âge moyen de la maternité a reculé de 2,6 ans pour atteindre 30 ans en 2006.

En 2006, dans l’Europe des 27, 1 167 775 avortements ont été pratiqués, ce qui représente 3 199 avortements par jour, soit 133 avortements par heure, soit 1 avortement toutes les 27 secondes. "Chaque année, l’Europe perd par avortement l’équivalent de la somme de la population du Luxembourg et de Malte, ou de la population de la Slovénie ou de Chypre." Le rapport précise qu’une grossesse sur cinq se termine par avortement.

A eux seuls six pays totalisent 900 000 avortements par an : la France (206 311), le Royaume-Uni (194 353), la Roumanie (150 246), l’Italie (129 072), l’Allemagne (119 710) et l’Espagne (101 592).

L’avortement est « la première cause de mortalité en Europe », conclut le rapport.

Lire le rapport en ligne www.ipfe.org

© genethique.org


Retour en haut





« La destruction d’une vie humaine innocente ne peut jamais être justifiée, en dépit de circonstances difficiles qui peuvent induire certains à prendre en considération un pas aussi grave. Lorsque vous prêchez l’évangile de la vie, rappelez à votre peuple que le droit à la vie de tout être humain, né ou à naître, est absolu, et qu’il s’applique de façon égale à toutes les personnes sans exception ».
Benoît XVI, 19 novembre 2007, discours aux évêques du Kenya


Approximativement 46 millions d'avortements ont lieu dans le monde chaque année.

Ce compteur donne une idée du nombre de petites vies interrompues depuis le 1er Janvier 2010.

Requiem aeternam dona ei Domine et lux perpetua luceat eis.

Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous.


Extrait de l'homélie prononcée par Jean-Paul II sur l'aéroport militaire de Radom en juin 1991, à l'occasion de son voyage apostolique en Pologne. Le Pape y compare les abominables génocides nazis et communistes du XXe siècle et celui des enfants à naître :

« À ce cimetière de victimes de la cruauté humaine en notre siècle, vient s'ajouter encore un autre grand cimetière : le cimetière des enfants avant leur naissance, le cimetière de ceux qui sont sans défense, de ceux dont même la mère n'a pas connu le visage, en consentant, ou en cédant à la pression, que leur soit enlevée la vie dès avant leur naissance. Et pourtant ils avaient déjà la vie, ils étaient déjà conçus, ils se développaient sous le coeur de leur mère, sans pressentir le danger mortel. Et lorsque cette menace est devenue réalité, ces êtres humains sans défense tentèrent de se défendre. La caméra a pu enregistrer cette défense désespérée face à l'agression d'un petit enfant avant sa naissance, dans le sein de la mère. (J'ai eu l'occasion de voir un tel film - et aujourd'hui encore je ne puis me libérer de son souvenir, je ne puis m’en libérer). Il est difficile d'imaginer ce drame horrible, avec toute son éloquence morale, humaine.
La racine du drame, combien elle est parfois élargie et différenciée ! Mais il y a aussi les instances humaines, parfois les « groupes de pressions », les corps législatifs, qui « légalisent » la privation de la vie de l'homme non encore né. Existe-t-il une instance humaine, existe-t-il un parlement, qui ait le droit de légaliser le meurtre d'un être humain innocent et sans défense ? qui ait le droit de dire : "Il est permis de tuer", et pour finir : "Il faut tuer", là où il faut au contraire protéger et aider la vie au maximum ? ».
Jean-Paul II, 4 juin 1991, homélie à Radom (Pologne)
(texte intégral en italien)


Retour en haut





Liens utiles


Sur ce site : Enseignements pontificaux sur l'avortement

Jean-Paul II - Evangelium Vitae
Paul VI - Humanae Vitae
La Fondation Jérôme Lejeune
Alliance VITA, Solidaires des plus fragiles
Mère de Miséricorde
La "Lettre Généthique" (Rédacteur en chef : Jean-Marie Le Méné)
Le droit de naître : une question de justice (Evêques du Canada)
SOS Mamans (UNEC)
Les Amis de la Vie (Michel Schooyans)
Le Crash démographique autour de 2011, livre de Michel Schooyans
Méthode Billings
La Life Parade
S.O.S. Bébé
Visitation pour la Vie